L'écologie & le social,

une nécessité vitale.

Crédit photo : Romain Guédé

C’est un mode de pensée et non du greenwashing comme on peut souvent en voir aujourd’hui. C’est très à la mode d’organiser des événements écoresponsables, au moins de communiquer dessus, mais le travail de fond n’est que très peu fait.

Pauline pour le festival Terres du Son

Nul besoin de faire un dessin, notre Terre d’accueil va de mal en pis, notamment par nos modes de consommation excessifs. Il faut absolument bousculer les habitudes que ce soit dans notre quotidien mais aussi pour nos événements, aussi bien du côté des professionnel·le·s que de celui des danseur·euse·s.

Par quels biais ?

La réduction des déchets

En cette matière, les possibilités sont infinies ! Quelques exemples :

♻️ Suppression du plastique à usage unique ;
♻️ Mise en place de gourdes ;
♻️ Recyclage des mégots ;
♻️ Présence de toilettes sèches ;
♻️ Recyclage des piles :
♻️ Paillettes biodégradables ;
♻️

Le circuit court, local et social

À l’heure où les publics sont de plus en plus soucieux de leur impact écologique, il faut que, dès demain, ils puissent choisir des lieux de fêtes qui adoptent une démarche respectueuse de l’environnement et du développement durable, en phase avec leur conscience.
Tandis que les frontières peinent à s’ouvrir et que les risques pandémiques de plus en plus présents, l’écologie sort grande victorieuse (en apparence) de cette période.

Profitons-en pour enfin revaloriser nos talents nationaux, et cessons de programmer des artistes faisant le tour du globe plusieurs fois par semaine.
Coûts et empreinte carbone réduits, ces mantras pourtant évidents s’appliquent également aux stands et foodtrucks. Mettons en avant l’agriculteur de la commune, les petits restaurateurs des environs, et créons une dynamique grâce aux ressources locales.